Forum Français Sur Divergent

Le premier Forum Français sur la célèbre triologie Divergent écrite par Veronica Roth. Premier film sorti au cinéma en avril 2014, en DVD en août 2014


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

OS Divers by Princess of Love

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 OS Divers by Princess of Love le Mer 10 Sep - 14:17

Princess of Love

avatar
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Coucou !
Aujourd'hui, j'ouvre mon sujet basé sur l'écriture de plusieurs OS.
Qu'est-ce qu'un OS ? Une petite histoire courte.
Je crois que j'ai tout dis xD
On commence avec une petite nouvelle que j'avais écrite dans le but d'un concours :

La fin. Puis... la lumière.:

Tout tourbillonnait. La musique ne s’arrêtait pas, répétant inlassablement ce son entêtant, alors que je vivais un véritable enfer. La voiture ne semblait pas vouloir s’arrêter, et continuait de descendre la pente avec fracas. J’entendis mon chien japper, puis plus rien. Tout s’arrêta. Avant de sombrer dans l’inconscience, je me rendais à moitié compte que cet accident allait changer ma vie.
Et dans cette descente vers la mort, une seule pensée résistait et hurlait dans ma tête.
« Laissez-moi mourir. »
Une secousse violente me projeta vers l’avant, plusieurs cris semblant hurler mon nom retentirent et ce fut la dernière chose que j’entendis.
Je rêvais. Enfin, plus ou moins.
Les yeux fermés, j’étais allongée. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, je n’étais pas blessée, et me sentais merveilleusement bien. Une douce odeur familière de jasmin flottait dans l’air et me berçait dans ce que je croyais être mon paradis. J’avais la sensation d’être libre, d’être heureuse. Comme si les derniers instants de ma vie avaient été tracés au crayon puis soigneusement gommés. Je connaissais enfin le bonheur, le vrai, celui qui nous donne l’impression de plonger dans une parfaite félicité. Mais sans crier gare ni que je sache pourquoi, mon doux rêve vira au cauchemar en un instant. Des flashs de lumière m’attaquèrent et m’assaillirent de tout côtés. Des images qui n’étaient pas très nettes parvinrent à mon cerveau entre ces faisceaux de lumière. Des hommes, une ambulance, un brancard, mais aussi des sons comme les aboiements d’un chien ou des voix paniquées que je ne reconnaissais pas. Puis, d’un seul coup, plus rien, le vide, et la sensation de tomber, tomber au loin, tomber dans l’abstrait, tomber dans l’irréel car le réel faisait trop mal. Le noir m’envahit, engourdit mes membres et je replongeais de nouveau, mais dans un lieu complètement différent, un monde lointain qui ne connaissait que la douleur et la peur. J’apercevais la lumière, même elle était trop loin pour que je l’atteigne. Je ne pouvais donc que me laisser attirer vers ces ténèbres oppressantes. Je ne saurais dire combien de temps dura ma chute. Une minute, une heure, un jour, un mois… peut-être même plus. Puis, enfin, après un laps de temps qui me parut éternité, je retrouvais petit à petit mes sens. Je sentis mes poumons se contracter au rythme de ma respiration ; mes doigts effleurer une matière douce et ma bouche s’entrouvrir. Je n’étais ni dans la lumière ni dans les ténèbres.
J’étais dans le réel.
Alors, lentement, j’ouvris les yeux.
La première chose que je vis fut un peu floue, et je du cligner des yeux plusieurs fois pour reconnaître un bouquet de lilas. Déboussolée, je voulus tendre ma main pour les attraper, mais une violente douleur à l’avant-bras me stoppa dans mon mouvement. Avec une grimace, je tournai la tête et remarquai la couverture bleutée qui me recouvrait. Je me sentais étourdie, comme si plus rien n’avait de sens. J’avais la langue pâteuse et les yeux lourds. Me dévissant le cou, je regardais du côté opposé au bouquet de fleur et ce que je vis déclencha une sonnette d’alarme dans ma tête : une table, sur laquelle étaient posées deux seringues, et ce fut à ce moment là que je remarquais le masque sur mon visage. Je sentis mon cœur s’accélérer. Pourquoi étais-je ici ?
En effet, je me trouvais dans un hôpital.
Méthodiquement, je tentais de faire fonctionner mon esprit un peu embrumé. Que s’était-il passé pour que j’atterrisse ici ? Quelque chose de très important sans doute, à en juger mon état. Mais j’étais incapable de me rappeler quoi. Peut-être étais-je tombée d’un escalier ? Mais, au fait, avais-je des escaliers chez moi ? J’en doutais sérieusement.
À cet instant, un jeune homme d’une vingtaine d’années entra dans la salle, et posa les yeux sur moi.
Il était brun, avait les cheveux un peu longs pour un garçon, et les yeux verts. Il avait un très beau visage, et tout dans ses traits rappelait une certaine douceur qui me semblait étrangement familière. Il m’adressa un sourire qui en dit long, et vint s’asseoir sur le bord de mon lit. Il me prit la main, et nous nous contemplâmes en silence durant de longues minutes. Il continuait de me sourire, et moi je continuais de le regarder. Tout ce silence semblait avoir une signification pour lui, mais pas pour moi. Je me sentais gênée. Enfin, il ouvrit la bouche et je pu apercevoir deux rangées de belles dents blanches. Il parla d’une voix grave et ferme qu’il voulait rassurante.
« Élisa. »
Élisa ? Pourquoi m’appelait-il comme cela ? Il resserra sa prise sur ma main et se pencha sur moi. À cet instant, je sentais son souffle chaud et apaisant sur mon visage. Ses yeux verts plongèrent dans les miens, et je me sentis submergée d’une vague d’émotion. Inexplicablement, il effleura mes lèvres des siennes et m’embrassa. Moi, je le laissais faire. Une partie de moi attendait patiemment une explication, l’autre n’en cherchait pas et était tombée amoureuse de cet homme. Enfin, lorsqu’il releva la tête, je rassemblai le peu de courage qu’il me restait et me jetais à l’eau :
« Qui êtes-vous ? »
Son sourire se figea sur son visage et se transforma en une expression horrifiée. Il lâcha ma main et se leva. De nouveau, nous nous regardâmes, mais pas du tout de la même manière. Moi d’une manière curieuse, lui d’une manière apeurée. Ses yeux brillèrent et une larme perla sur sa joue. Et c’est alors que je compris l’évidence. Je ne pouvais plus le dissimuler plus longtemps. Je crois qu’au fond de moi, je l’avais su dès mon réveil.
J’étais devenue amnésique.

Qu'en pensez-vous ? =D



Dernière édition par Princess of Love le Ven 12 Sep - 20:35, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: OS Divers by Princess of Love le Jeu 11 Sep - 18:05

Anaïs Eaton

avatar
Modératrice Érudite casse pieds plus gentille qu'elle peut en avoir l'air
Modératrice Érudite casse pieds plus gentille qu'elle peut en avoir l'air
Tu écris très bien !
J'aimerai bien, moi aussi, poster des histoires, mais je ne les termine jamais ...
Ça ne te donne pas envie de continuer l'histoire quand tu écris des petits textes comme ça ?


_________________
Au fond, nous somme tous DIVERGENTS.
Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: OS Divers by Princess of Love le Jeu 11 Sep - 18:51

Princess of Love

avatar
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Merci, d'abord =D
Oh tu sais qu'elles soient terminées ou pas, peut importe moi je VEUX les voir *q*
Non, parce qu'au contraire, je préfère laisser le lecteur imaginer la suite, et puis je préfère écrire des trucs très courts que des romans.

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: OS Divers by Princess of Love le Jeu 11 Sep - 19:53

Liliie

avatar
Regarde les autres factions faire leurs âneries
Ahhh c'est pas juste !!!
Sérieusement ta façon d'écrire est simple et concrète , j'adore
L'histoire m'a emporté , a quand une suite ? Je meurs d'impatience de connaitre la suite , qui est vraiment Élisa ? Le jeune homme va-t-il l'aider a se rapeller ?

Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: OS Divers by Princess of Love le Ven 12 Sep - 18:44

Anaïs Eaton

avatar
Modératrice Érudite casse pieds plus gentille qu'elle peut en avoir l'air
Modératrice Érudite casse pieds plus gentille qu'elle peut en avoir l'air
Elle a dit qu'elle aimait bien laisser les lecteurs imaginer la suite ... donc, pas de suite, malheureusement ... ):


_________________
Au fond, nous somme tous DIVERGENTS.
Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: OS Divers by Princess of Love le Ven 12 Sep - 18:53

Princess of Love

avatar
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Merci Lillie, ce genre d'écriture est justement celui auquel je m'exerce depuis pas mal de temps Smile Alors s'il plaît, tant mieux ^^
Une suite ?
...
Rahh, Anaïs et toi vous me faites douter. C'est vrai que je suis tentée, j'ai une petite idée mais...
Bon, je dis rien, il se peut que vous ayez une surprise, mais faut que ça se concrétise Wink
En attendant, je vous poste... Quelque chose que j'ai fait hier à la va-vite, basé sur Divergent. Je n'ai rien inventé, c'est simplement... Bon, vous verrez (et je me suis beaucoup moins concentrée sur celuilà donc il est un peu moins bien, je le reconnais ^^')

Spoiler:
- Promets-moi que tu n’iras pas, murmurais-je. Pour moi. C’est tout ce que je te demande.
Elle se mord la lèvre, nerveuse. Je la connais. Je sais qu’elle se doit d’y aller, pour Will, ses parents et Marlene. Je sais qu’elle se croit coupable de la mort de son amie. Je sais qu’elle se prend pour un monstre. Je sais que peut lui importe de mourir, tant qu’elle sauve des vies en échange de la sienne. Je sais tout d’elle. Et je sais également que je ne réussirai pas à la faire changer d’avis. Mais je suppose qu’au fond de moi, j’espère secrètement qu’elle ne choisira pas cet instant pour montrer son côté altruiste, tel que ses parents lui ont appris.
- OK, me répond-elle.
Sa voix est enrouée, et sa respiration hachée. Elle me ment, et ça se voit. Cette mince réponse ne me suffit pas. Je veux qu’elle en fasse la promesse. Je refuse de la perdre.
- Jure-le-moi, insistai-je, les sourcils froncés.
Elle baisse la tête, et lorsqu’elle reprend la parole, c’est pour répondre, d’une voix étouffée par l’émotion :
- Je te le jure.


+++

Non, tout mais pas ça.
Je me réveille d’abord doucement, comme si ç’avait été une journée comme les autres. Je m’étire, l’air de rien. Puis, ça fait « tilt » dans ma tête, et je me rends compte de l’évidence. Celle que je n’aurais su nier plus longtemps.
Au début, ça donne l’impression de ne plus savoir où on est. D’être perdu dans l’infini. Je pensais que c’était un rêve, ou plutôt un cauchemar qui faisait trop mal pour être réel. Car ce ne pouvait pas en être autrement. Dans la réalité, elle ne m’aurait jamais menti. Jamais. Elle ne ferait jamais ça.
Je pousse un cri de fureur. Pas contre elle. Pas contre moi. Pas contre Jeanine.
Contre le monde entier.
Car, si, elle est capable de me mentir, si elle pense que c’est pour mon bien. Et je ne le connais que trop bien pour pouvoir affirmer qu’elle le pense. Son amour pour moi l’aveugle. Je me maudis intérieurement. Elle ne mérite pas de mourir pour moi. Et je ne la laisserais jamais faire.
Je bondis hors de mon lit, me glisse dans mes baskets et attrape une veste. Je pose la main sur la poignée de la porte, cette même porte qu’elle a franchie quelques heures auparavant pour aller se rendre à l’ennemi. Penser à elle me fait encore plus mal que d’en parler, mais je dois garder espoir. Pour elle. Pour moi. Pour nous.


+++

J’arrive devant le grand dôme transparent des Érudits. Un frisson me parcoure. Ai-je vraiment envie de rentrer dans ce bâtiment qui sera peut-être le dernier que je connaitrais ? Mais je n’ai pas le choix, je dois la sauver, nous sauver de tous ces mensonges interminables. Je dois le faire.
J’entre, et fait feu.
Des cris et hurlements fusent de part et d’autre de la vaste salle d’accueil. Sans hésiter, je lève mon arme et vise le portrait gigantesque de Jeanine affiché dans l’entrée. Une balle lui transperce la tête, pile entre les deux yeux, et je souris d’un air satisfait. Même si ce n’est pas vraiment réel, je prends plaisir à semer la pagaille chez l’ennemi.
Des gardes arrivent devant moi, vêtus d’une veste noire et d’un brassard bleu. Mon sourire s’estompe. Des traîtres Audacieux. Mais je dois les laisser faire, c’est le plan.
Je lève mon pistolet, et tire sans les viser. La balle passe à quelques mètres d’eux sans les érafler. Parfait.
Un coup percute mon bassin, et la douleur me submerge. Un second coup part –à la tempe, cette fois-ci-, et puis plus rien. Juste le noir.


+++

Des traîtres Audacieux me trainent dans ce labyrinthe de couloirs lumineux. Un liquide poisseux coule le long de ma poitrine, mais une blessure par balle me ferait bien plus mal que ça. Je sens quelque chose de dur et de froid appuyé contre ma tempe. Sans doute une arme. Mais je sais qu’ils ne tireront pas. Pas avant que Jeanine ait décidé de mon sort. J’essaye de suivre, mais je n’y arrive pas : je suis trop faible pour cela. Alors je me laisse porter, la douleur me vrillant les côtes à chaque mouvement.
Soudain, je la vois. Accompagnée de Peter.
Ses yeux sont ternes, mais accompagnés d’une lueur vive quand elle m’aperçoit. Elle titube, sans doute sous l’effet du choc. Je me redresse aussitôt. Ses lèvres bougent, mais je n’entends pas les paroles qui vont avec. On continue à avancer, tout les deux l’un vers l’autre. Enfin, on se retrouve faces à faces. Je lui tends la main, et elle la serre, ignorant Peter qui tente de l’éloigner de moi. Puis, dans un soupir, je la relâche. Elle rouvre la bouche, et cette fois je l’entends distinctement :
- Qu’est-ce que tu as fais ?
Elle semble hystérique, hors d’elle. Elle tente de se jeter sur moi, mais Peter la retient sans problème. Elle se débat de toutes ses forces, mais la main de fer de son garde la retient.
- Qu’est-ce que tu as fait ? hurla-t-elle.
- Si tu meurs, je meurs aussi. Je t’avais demandé de ne pas le faire. Tu as pris ta décision. Voilà les conséquences.
Je la regarde par-dessus mon épaule s’éloigner. On emprunte un tournant et elle disparaît de ma vue. Aussitôt, je m’affaisse à nouveau. Je n’aurais pas du lui dire ça. Je sais qu’à présent, en plus de devoir mourir, elle se sentira coupable. Mais mes lèvres avaient parlé toutes seules, sans que je puisse les retenir. Étais-je vraiment prêt à mourir pour elle ? Sûrement, puisque je l’avais balancé sans réfléchir.
Mais je l’aime.


+++

Le cauchemar recommence. Sauf que cette fois, c’est dix fois pire.
Je vois Jeanine s’approcher d’elle, une seringue à la main. Elle maintient son cou en place, souris et enfonce l’aiguille dans sa chair. Je ferme les yeux, conscient que je ne pourrais pas supporter ça jusqu’à la fin.
Son front se couvre de sueur, et ses lèvres se mettent à trembler nerveusement. Elle tourne la tête de gauche à droite, comme pour s’échapper d’une chose néfaste, pire que la mort.
- Tris, ce n’est pas réel, balbutiais-je.
Mais elle ne semble pas m’entendre. Je vois ses mains luire face à l’accumulation de la transpiration, et elle gigote de plus en plus sur sa table de fer.
- Tris, répétais-je.
Puis, elle hurla, et ce fut le pire moment de ma vie. Je n’avais supporté les cris de douleurs, mais entendre le sien était pire. Je souhaitais mourir avec elle, m’enfuir de ce monde horrifiant, vivre en paix. Je me débattais de toutes mes forces de l’empoigne de mes gardes, et peu m’importait la douleur. Ce n’était rien à côté de ce qu’elle était en train d’endurer. Et elle continuait de crier. Je la vis, horrifié, s’arc-bouter sur sa table en hurlant comme si elle vivait ses peurs les plus violentes. Et je criais avec elle, comme si cela pouvait la soulager de sa douleur. Mais non. Jeanine avait visé juste. La voir se tordre ainsi nous infligeait une douleur inimaginable.
- Le sédatif.
Je cru mourir de soulagement lorsque la voix de Jeanine retentit. Enfin, tout était fini. Une aiguille s’enfonça dans son cou. Ses yeux s’ouvrirent et des larmes perlèrent sur ses joues.
- Lâchez-moi, grondais-je. Si vous ne me lâchez pas, je ne dirais rien.
Je sens la poigne de mes gardes s’adoucir et je me précipite vers elle. Je lui prends sa main et passe l’autre dans ses cheveux. Sa joue est collée à la mienne et ses larmes humidifient mes yeux, mais je m’en fiche. Je sens son souffle saccadé à quelques centimètres de ma bouche. Mes doigts s’entremêlent aux siens, et je profite du moment présent. Je ferme les yeux, et je fais la promesse de ne plus jamais l’abandonner.

Bon, je vous ai prévenus, mais c'est juste un "brouillon" on va dire, je l'améliorerais un de ces jours.

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: OS Divers by Princess of Love le Ven 12 Sep - 21:56

Liliie

avatar
Regarde les autres factions faire leurs âneries
Un brouillon plutôt bien réussi dis donc !!

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: OS Divers by Princess of Love le Sam 13 Sep - 9:09

Princess of Love

avatar
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Merci ^^'

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: OS Divers by Princess of Love le Sam 22 Nov - 11:48

Princess of Love

avatar
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Nouvel OS dans le but d'un concours avec le thème "le froid". Veuillez écouter cette musique en même temps, please :3 : https://www.youtube.com/watch?v=ypJaejwfHm4

So cold.:


Et je reste, seule, dans l’obscurité de la nuit.

Je vois ta silhouette s’effacer au rythme de ta marche vers l’inconnu. Sans m’adresser un dernier regard, tu t’élances dans la pénombre, comme tu l’as toujours fait. Une larme coule sur ma joue, mais tu ne peux pas m’entendre pleurer. Mon rêve de bonheur s’éteint avec toi, lentement, tandis que la flamme qui brûlait dans le creux de mon ventre se consume en emportant avec elle mes espoirs anéantis. Le silence de l’infini m’enveloppe, comme une prison abstraite, sans me laisser d’échappatoire. Je suis la prisonnière de mon propre désespoir.

Et j’ai si froid.

Des flocons de neige argentés tombent comme une pluie de feuilles mortes et se déposent sur ma peau nue. Un élan d’émotions me frappe violement, et je dois lutter pour qu’elle ne m’engloutisse pas dans les forces du néant. Tes lèvres se posant sur les miennes. Tes mains épousant toutes les formes de mon corps. Ma tête calée sur ta poitrine, écoutant le bruit de ton cœur battant ardemment. Assaillie par cette vague de sentiments, je me laisse tomber au sol où je me recroqueville, le menton posé sur les genoux. Mes yeux s’emplissent de larmes, tu ne peux rien y faire.

Et j’ai si froid.

« Je pars ». Ces mots résonnent encore à mes oreilles, comme une mélodie brutale et infinie qui meurtrit mon cœur un peu plus chaque seconde passée à l’écouter. Tu as prononcé ces paroles avec tellement de nonchalance et de facilité. Mes poumons ont cherché de l’air, suffocant sous le poids immense qui m’empêche à présent d’avancer. Tu ne m’as donné aucune raison. Tu es parti, comme un innocent, comme si tu ne venais pas de faire saigner mon cœur. Tu m’as détruite de l’intérieur, et pourtant je ne peux pas m’empêcher de continuer à t’aimer.
Et j’ai si froid.
Un cri de désespoir reste coincé dans ma gorge. Je n’ai même plus la force de protester ton départ ; je suis déjà brisée. Lorsqu’on aime son assassin, on n’a pas le choix. On ne peut que regarder la réalité en face et accepter le destin funeste qui nous attend.

Mais je veux juste comprendre.
Pourquoi suis-je seule et glacée
Tandis qu’il y a quelques jours encore tu disais m’aimer ?

Et que je suis restée seule à pleurer.

Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: OS Divers by Princess of Love le Sam 22 Nov - 19:33

Liliie

avatar
Regarde les autres factions faire leurs âneries
Magnifique ( malgré que ça me rappel de mauvais souvenirs Sad )

Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: OS Divers by Princess of Love le Sam 22 Nov - 21:17

Princess of Love

avatar
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Audacieuse casse pieds - Rédactrice en chef de la Grande Guerre Du Forum
Merci Lillie, et vraiment désolée, je n'ai jamais eu l'intention de raviver de mauvais souvenirs et j'espère que t'as retrouvé l'âme soeur... <3.

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: OS Divers by Princess of Love le Dim 23 Nov - 8:18

Liliie

avatar
Regarde les autres factions faire leurs âneries
Oh non ne t'inquiète pas , mais ce que tu as écrit c'est exactement ce que j'ai ressenti à ce moment là ..
Cette phase de ma vie est derrière moi maintenant Wink

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum